Le mythe des femmes au pouvoir, arme de l’antiféminisme à Madagascar MIREILLE RABENORO

 ranavalona_1ereLe fait que cinq reines se sont succédé à Madagascar tout au long du XIXe siècle, jusqu’à l’invasion coloniale en 1896, est communément invoqué à l’appui d’assertions selon lesquelles les femmes malgaches n’auraient jamais eu et n’auraient toujours pas de problèmes d’accès au pouvoir. Dans un même ordre d’idées, il ne serait pas nécessaire de se battre pour l’égalité entre les sexes; cela reviendrait, dans le cas particulier de Madagascar, à enfoncer une porte ouverte. Le passé précolonial est ainsi invoqué pour nier aujourd’hui la pertinence de la question du genre dans le pays.

Cliquer ici pour voir le texte en entier D-Rabenoro

Publié dans Cahiers du Genre / Recherches féministes, vol. 25, n° 1 de 2012

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s