Femmes candidates : changement en marche

Bien que le pays soit enlisé dans une crise interminable, la conscience citoyenne collective est éveillée selon Lizah Ndrialisoa, Consultante en développement. Face à cette situation qui prévaut actuellement dans le pays, Lizah Ndrialisoa dresse, dans la foulée, un constat réaliste : «la crise politique a creusé des brèches dans les foyers, et dans les esprits moramora en général », estime-t-il/elle. Mais, selon toujours cette même interlocutrice  « les citoyen-e-s malgaches ont appris en quatre ans à dire ce qu’ils/elles pensent de la « politique » et ont construit leur opinion ». Pour s’en convaincre, elle érige en exemples les attroupements autour des titres de journaux accrochés sur les trottoirs, le nombre d’appels passés sur les radios privées, le nombre de disputes sur fond politique qui ont eu lieu et ont encore lieu sur les marchés, dans les bureaux et dans les réunions de famille, etc.

Choix. « Il y a eu une période de délire total, diraient les observateurs, une accalmie par la suite et en ce moment, l’avènement d’on ne sait trop quoi… « On espère des élections, des élections les plus justes qui soient » exprime-t-elle. Elle milite donc pour l’égalité des chances et la pluralité des participant-e-s lors des scrutins. « Pour qu’il y ait cet aspect de justice, il serait bon d’avoir  une diversité  dans le choix de candidat (e)s », glisse-t-elle, avant d’enchaîner : «à mon avis, il ne faut pas être choqué du nombre de candidat(e)s dès le départ, il faut juste être attentif par rapport à ce qu’ils/elles proposent et à celle ou à celui qui se propose ».

Opportunités. Dans la cacophonie actuelle, des opportunités se profilent à l’horizon, notamment pour les femmes. Comme elle l’affirme…. « Des idées reçues comme le refus d’avoir des femmes en tête de peloton sont en train de s’écrouler, car pour la citoyenne et le citoyen, il y a justement cette grande fenêtre ouverte sur l’avenir qui dépend du choix effectué maintenant». Pour conforter ses idées, elle assure qu’une femme fera, par exemple, une excellente législateure pour parler de la fonction, mais elle doit émerger d’un choix éclairé ». Pour Lizah Ndrialisoa, les femmes candidates incarnent l’opportunité de changement, en somme. Elle n’est pas la seule à penser ainsi.  C’est pourquoi, l’EISA, avec l’appui financier de l’UNDEF, a mis en place un programme spécifique pour encourager les femmes à se porter candidates aux législatives. A suivre.

Publicités
par cnfmadagascar Posté dans accueil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s