Agenda pour l’égalité femmes-hommes

Des recommandations d’actions pour rendre les programmes politiques sensibles  au genre

Droits constitutionnels et légaux

  • Engager  des réformes législatives pour parvenir à une harmonisation des textes nationaux avec les instruments internationaux, notamment en introduisant une définition de la discrimination à l’égard des femmes conforme à la Convention sur l’Elimination de toutes les Formes de Discrimination à l’Egard des Femmes ; les vulgariser pour en favoriser l’application.

Gouvernance

  • Mettre en place des mesures temporaires spéciales d’action positive pour atteindre en 2015 la parité  hommes – femmes dans les postes électifs et nominatifs dans toutes les institutions publiques et privées, y compris dans les forces armées; pour les prochaines élections, présenter une alternance de candidats  de chaque sexe pour les scrutins de liste (ex. législatives) en veillant à ce que la tête de liste soit une femme dans la moitié des circonscriptions électorales,  et  50% de candidats de chaque sexe pour les élections uninominales (ex. maires).

Famille

  • Abroger dans les textes nationaux toutes les dispositions discriminatoires à l’égard des femmes relatives aux droits familiaux, en conformité avec les instruments internationaux  ratifiés par Madagascar.

Education et formation

  • Repenser le système éducatif[1], en y incluant l’éducation non formelle : alphabétisation fonctionnelle des adultes, en particulier des femmes rurales, la récupération du million d’enfants non scolarisés ou précocement déscolarisés, l’objectif étant de rehausser le niveau de qualification des ressources productives[2].

Santé

  • Atteindre 12% du budget national de l’Etat en 2018 (contre 9,7% en 2001 et 7,2% en 2006 ; 15% recommandé par les Chefs d’Etat de l’UA en 2001), avec priorité à la réduction de la mortalité maternelle, pour atteindre 273 pour 100.000 naissances vivantes[3] et au  maintien de l’augmentation de deux points par an du taux de prévalence de la contraception.

Violences basées sur le genre

  • Accorder une attention prioritaire à la lutte contre la violence à l’égard des femmes et des filles et adopter des mesures de vaste portée pour combattre toutes les formes de violence dont elles sont victimes, notamment par (i) la  sensibilisation de l’opinion publique au fait que toutes les formes de violence contre les femmes constituent une forme de discrimination et, par conséquent, une violation des droits des femmes (ii) le renforcement des mesures de poursuite et de rééducation des auteurs et des moyens de recours des victimes.

Ressources productives, emploi et autonomisation économique 

  • Favoriser le retour et l’intensification des investissements pour la création d’emplois formels.
  • Garantir aux femmes des chances égales à celles des hommes sur le marché du travail dans tous les secteurs, (ii) en consacrant le principe de l’égalité de salaire pour un travail de valeur égale et sur le suivi et l’application de ces dispositions, ainsi que sur les mécanismes de recours, les statistiques concernant leur utilisation par les femmes et les résultats obtenus et (iii) en produisant des données ventilées par sexe incluant une analyse conjoncturelle et tendancielle sur les femmes et l’emploi dans les secteurs formel et informel.

Environnement et développement durable

  • Mettre en place des mesures juridiques pour favoriser (i) la participation égale des deux sexes aux prises de décision liées au changement climatique à tous les niveaux ; (ii) le partage égal des droits concernant les préoccupations et priorités concernant les terres et l’environnement (ex. forêts, eaux, propriétés foncières), (iii)  la prise en compte de l’équité des rôles et impacts des technologies durables sur les femmes et les hommes (ex. biocarburants, énergies renouvelables).

[1] Au niveau du ministère de l’Education Nationale, le budget du service de l’alphabétisation pour 2011 représente 0,43% de l’ensemble du budget alloué au ministère (source : Interview du chef de service, 9 mai 2011).

[2] Un problème particulier est enregistré dans l’offre du marché de travail à Madagascar: plus d’un tiers des personnes actives n’ont pas fréquenté l’école.

[3] Actuellement, le taux de mortalité maternelle est de )498 pour 100.000 naissances vivantes 

HAMPIDIRANA NY MIRALENTA AMIN’NY FANDAHARANA ASAN’NY MPILATSAKA

HO FIDIANA 

Ny lalàna

  • Hatsaraina ny lalàna, ka foanana ny didy aman-dalana rehetra miendrika ho fanavakavahana mihatra amin’ny vehivavy, indrindra ireo lalàna mifehy ny fiainan’ny mpianakavy (fanambadiana, fandovàna, sns).
  • Hampahafantarina ny besinimaro ny lalàna vaovao, mba hahafahana mampiatra azy.

Fitantanana

  • Omena tombony manokana ny vehivavy, mandra-pahatratra ny tanjona miralenta amin’ny taona 2015 : hifandanja ny isan’ny vehivavy sy ny lehilahy, na voafidy na voatendry amin’ny andraikitra samihafa, na amin’ny fanjakana na amin’ny tsy miankina. Ezaka manokana koa ny hampitombo ny isan’ny vehivavy eo anivon’ny mpitandro filaminana sy ny tafika.
  • Amin’ny fifidianana ato ho ato :
  1. Fifidianana solombavambahoaka : hatao mielanelana ny kandidà vehivavy sy lehilahy amin’ny lisitra atolotry ny antoko, ka amin’ny hatsasaky ny circonscriptions électorales dia ho vehivavy ny tête de liste
  2.  Fifidianana ben’ny tanàna : ny 50%-ny kandida dia ho vehivavy avokoa.

Fanabeazana, fanofanana

  • Omena lanjany manokana ny fampianarana ny olona ivelan’ny sekoly, mba hampihena ny isan’ny olona tsy mahay mamaky teny sy manoratra ary mikajy, ka hampitombo ny fahaizan’ny olona rehetra misahana famokarana, indrindra ny vehivavy eny ambanivohitra.

Fahasalamana

  • Hampiakarina ho 12%-ny tetibolam-panjakana no hatokana ho an’ny fahasalamana, mba :
  1. Hampihena ny isan’ny vehivavy maty noho ny fitondrana vohoka
  2. Hampitombo hatrany ny isan’ny olona (lehilahy sy vehivavy) mampiasa fanabeazana aizana.

Herisetra mianjady amin’ny vehivavy

  • Mba hiadiana amin’ny herisetra mihatra amin’ny vehivavy, dia :
  1. Ampahafantarina ny besinimaro fa heloka faizin’ny lalàna ny herisetra amin’ny vehivavy, na ny vady ao an-trano na vehivavy any ivelany
  2. Amafisina ny famaizana ny mpampijaly vehivavy sy ny fahafahan’ny vehivavy mitory.

Ny vehivavy sy ny toekarena

  • Antsoina hiverina ny mpampiasa vola, mba hahafahan’ny vehivavy an-tanan-dehibe mahita asa ara-dalàna
  • Ampitoviana ny zon’ny vehivavy sy ny lehilahy : karama mitovy raha asa sy fahaizana mitovy, fisondrotana andraikitra mitovy.

Tontolo iainana sy fampandrosoana maharitra

  • Mba samy hanana anjara ny vehivavy sy ny lehilahy eo amin’ny fanapahana momba ny fampiasana ny tany,ny teknolojia vaovao ary ny fikajiana ny tontolo iainana.
Publicités
par cnfmadagascar Posté dans accueil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s