La violence faite aux femmes, un fléau à combattre

13729020_628525213979338_1712375984451338113_n
Le 13 mai 2016 dernier, le Conseil National des Femmes de Madagascar (CNFM) a été informé d‘actes de tortures et sévices perpétrés publiquement à l’endroit d’une femme de la localité de Morafeno, District de Sambava (région SAVA). Après recoupements, le CNFM a pu vérifier que 18 hommes au total, dont 14 membres de l’Andrimasopokonolona (comité de vigilance villageoise) et quatre éléments des forces de l’ordre, ont violemment agressé Mme Modette Iambiziry, une femme très engagée dans le développement de sa localité.

Avec le concours des éléments des forces de l’ordre, les membres du comité de vigilance l’ont ligotée, l’ont arrosée avec huit seaux d’eau d’une capacité de 15 litres, l’ont forcée à se mettre à genoux, puis à parcourir 100 mètres dans cette position. Ils l’ont ensuite obligée à se relever et à faire le tour du village, toujours ligotée. A chaque passage à une borne fontaine, ils l’ont obligée à s’agenouiller et l’ont arrosée de deux seaux de 15 litres, , Ces hommes l’ont contrainte à récurer un canal avant de la frapper violemment avec l’angady. Les éléments des forces de l’ordre l’ont ensuite menacée de lui tirer dessus.
Le CNFM condamne fermement ces actes de barbarie, portant atteinte à la dignité humaine, tout comme il a toujours condamné toute violence en général et à l’égard des femmes en particulier, et quelles qu’en soient les raisons.
Le CNFM rappelle que Madagascar a ratifié la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, et adopté la loi N° 2008 – 008 DU 25 JUIN 2008 érigeant la torture en crime. Par conséquent, ladite Convention ainsi que la loi y afférente sont applicables à Madagascar.
Ainsi, le CNFM appelle et encourage les autorités à prendre leurs responsabilités et à agir avec détermination afin de stopper ces dérives qui se multiplient dangereusement.
Le CNFM demande que les auteurs de ces actes soient poursuivis et répondent de leurs actes illégaux devant la Justice. Le CNFM veillera à ce que cette affaire ne soit pas classée sans suite.
Le CNFM appelle ainsi les medias à suivre cette affaire jusqu’à son aboutissement, à savoir, l’application des lois qui régissent ce type de délit.
Le CNFM appelle également les élus de la Région à tout mettre en œuvre pour que, dans cette affaire, justice et réparation soient faites.

Publicités
par cnfmadagascar Posté dans accueil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s